region_honfleurlong
La côte normande est à vous, à quelques minutes de l’hôtel.
De Deauville à Honfleur, vous traverserez des rues cernées de propriétés fastueuses, des vergers, des vallées et des recoins de verdure que vous ne soupçonniez même pas. Arrêtez-vous à Deauville pour apprécier son raffinement et sa qualité de vie. Les  » planches  » en bordure de la grande plage sont le pôle d’animation de la station. C’est là que vous découvrirez les empreintes des stars invitées au Festival du cinéma américain de Deauville.

Le Port-Deauville fait face à Trouville et à son impressionnant casino. A droite, le centre de Thalassothérapie qui accueille chaque année des milliers de visiteurs, donne directement sur la Promenade des Planches et son adorable plage. Mais pour les plus curieux, ce n’est pas là que réside tout l’attrait touristique de la ville.
L’aquarium expose de nombreuses espèces d’animaux marins dans une reproduction minutieuse de leur milieu naturel. Poissons de mer ou de rivière, exotiques, beaucoup de surprises vous y attendent !
Avant de quitter Trouville-sur-mer, ne manquez pas le musée Villa Montebello. Sous son architecture typique, se cachent des collections d’art incroyables mettant en scène l’histoire de la ville…

 *****************************

Au début du XIXe. siècle les peintres découvrent Honfleur. Les Anglais souvent ouvrent la voie, Turner, Copley Fielding et ses frères, John Gendall, Bonington ; c’est l’étude de la lumière et l’avènement d’une peinture nouvelle. Géricault et Delacroix vont en Angleterre, Honfleur lieu d’embarquement séduit.

Comme les Compagnons du devoir, les peintres voyagent à pied. Paul Huet fait le trajet de Fécamp à Paris, dans la région il rencontre Bonington et Isabey. En 1832 Gagnery peint à Honfleur l’arrivée de la diligence. Georges Michel est déjà dans la région ainsi que Eugène Isabey dont certaines toiles d’Honfleur sont présentées au Salon de Paris dés 1827. Camille Corot voyage en Normandie à partir de 1822, avec Gabrièle Smargiassi en 1830.

Mozin découvre Trouville en 1825 et le révèle aux parisiens. Théodore Rousseau peintre majeur de l’école de Barbizon travaille en Normandie en 1832 ; Honfleur est déjà célèbre mais acquiert son renom dans le monde des arts lorsque Eugène Boudin y orchestre des rencontres à la ferme Saint-Siméon. De 1850 à 1870 vont se succéder les meilleurs artistes paysagistes et marinistes du temps.

D’après Madame Anne-Marie Bergeret-Gourbin Conservateur du Musée Eugène Boudin.

*****************************

Entre sillages et sillons, la Normandie, est une belle architecture de la nature, une mosaïque de pays, que l’on découvre « par les champs et les grèves » comme l’écrit Gustave Flaubert. La Normandie, c’est un « océan de verdure », pour reprendre le mot de Stendhal. Un océan généreux avec des abbayes presque millénaires – le Bec-Hellouin, Hambye, Cerisy-la-Forêt -, des châteaux fiers – le château d’O, celui de Fontaine-Henry -, des forêts majestueuses – Eu, Eawy, Lyons -, des manoirs aux pans de bois et de briques, des prairies grasses, où paissent des vaches laitières à l’oeil cerclé de brun.

Avec ses paysages vallonnés et ses prés verdoyants, où l’on « écoute l’herbe pousser », le pays d’Auge est le concentré du pays. Au coeur de la Normandie, entre les rivières de la Dives et de la Touques, ses fermes-manoirs produisent les fameux fromages de Pont-l’Evêque, Livarot et Camembert, sans oublier les pommes, l’eau-de-vie, le calvados, et le « cidre du pays d’Auge », désormais une appellation d’origine contrôlée.


Réservez dès maintenant.
RÉSERVER EN LIGNE